Morage




 
Vie du forum


Event en cours

Rumeurs
• La neige qui tombe, doucereuse et froide, couvre les traces des monstres qui au creux de la nuit se cachent. Des disparitions sont signalées, en nombre suffisant pour que la population en entende parler et que l’inquiétude plante ses insidieuses griffes dans le cœur des habitants. Des cadavres sont retrouvés à l’aube, vidés de leur sang, malgré la vigilance de la milice des Veilleurs. Les vieilles légendes vampiriques auraient-elles décidé subitement de se rappeler aux vivants ? En savoir plus ?
• Il paraît que la célèbre et bien connue mercenaire aux cheveux d'albâtre Erha Damfays souffre d'un inconvénient conséquent. En effet, des bruits courent concernant les passagers clandestins qu'Erha transporterait avec elle. Des morpions !
• Les Veilleurs ont rapporté avoir été témoins d'une activité suspecte le long des côtes Moragiennes. Des débris d'un navire porté disparu ont refait surface, et la sombre silhouette d'un grand vaisseau sans pavillon a été aperçue à plusieurs reprises ! Prudence matelots !

Partagez | 
 

 Cam S. D'Ombreflot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur

Cam S. d'Ombreflot
Messages : 47
Points : 6053
Race : Humain
avatar

Cam S. D'Ombreflot

Citation ou musique thème



Fiche d'identité
• Âge : 28 ans
• Race : Humain
• Sexe : Masculin
• Orientation sexuelle : Hétéro, préférence pour l'exotisme
• Groupe (Indépendant, esclaves, plèbe, noblesse, milice) : Indépendant
• Profession : Chef Pirate
• Statut (veuf, célibataire, marié, etc) : Marié à l'océan
• Maîtrise de la magie : 0 pointé, pourquoi apprendre lorsqu'on peut déléguer
• Maîtrise du combat : Compagnon
• Armes de prédilection : Sabre - Dagues de jet
• Lieu de vie (la cité de Morage, ou les environs) : Haute Mer, aux commandes de La Sanglante, son navire, ou au Bastion de l'Orque Rouge


Caractère

Gabriel est un sanguin. Si les années lui ont appris la patience et la prudence, il est rare qu’il s’y tienne bien longtemps et le plus souvent, ses accès de colère lui jouent des tours pendables. Il ne manque pas de crédibilité, pourtant, et son expérience qui n’est plus à prouver lui permet de se laisser aller de temps à autre sans que les conséquences soient trop fâcheuses. Le capitaine d'Ombreflot n’est pas un homme à prendre à la légère. Sur terre comme sur mer, il attend d’être obéi de ses hommes en toute circonstance, et méprise chaque forme d’autorité qui pourrait vouloir le contrer. Les outrages l’amusent, et il adore provoquer les autres pour voir où cela peut les mener. Sur terre, en tout cas. Une fois qu’il lève l’ancre, il redevient le plus sérieux et le plus intraitable des hommes.

Physionomie

Soigné de sa personne, imberbe, et portant le plus souvent une chemise de lin blanche ouverte à tous les vents, Cam a fière allure, comme le disent les femmes de chaque port dans lesquels la Sanglante s'amarre. Du côté des hommes, les avis sont plus mitigés, le capitaine pirate semblant bien trop jeune pour assumer pareil rôle, car certes, Cam est compétent, mais ses 28 années n'ont pas assez marqué ses traits pour assurer chacun de son habileté dans son domaine. Une large balafre lui zèbre le torse, partant de la clavicule pour aller se perdre vers son bas-ventre. Une cicatrice qu'il montre fièrement, afin de rappeler à ceux qui doutent de ses capacités qu'il a chèrement payé sa place. Ses cheveux blanchis par le temps et les heures passées au soleil lui retombent dans la nuque, tandis que quelques mèches plus courtes, inégalement taillées, aiment lui balayer le visage. Un visage à l'expression dure, à la mâchoire marquée et à la bouche volontaire. Son teint halé par les heures passées sur le pont de son navire fait ressortir ses yeux qui, tantôt d’un bleu profond, tantôt d’un gris insondable, miment les couleurs d’une mer agitée. Il ne se sépare jamais du pendentif qui lui orne le cou, lequel présente une croix qui pourrait être banale si elle ne se mettait pas à luire discrètement en présence d'un sortilège menaçant son porteur.

Histoire

Gabriel Hunter, de son vrai nom. Promis à une existence dénuée de contrainte et passée dans le luxe et la richesse, rien ne prédisposait Cam à devenir ce qu'il est aujourd'hui, à savoir un capitaine pirate renommé à la tête de la coalition pirate du Bastion de l'Orque Rouge.

« A quoi bon parler de l’enfance d’un homme dont l’existence même se résume à l’océan ? » Un sourire résigné lui éclaire le visage, quelques secondes, avant que la flamme vacillante de la bougie ne retrouve le faciès fermé habituel. Le capitaine sourit rarement, sauf lorsqu’il abuse du rhum, ce qui n’est pas le cas ce soir. Non, présentement, ses traits sont tirés, soucieux, alors qu’il fouille dans sa mémoire à la recherche de bribes susceptibles de l’aider à modeler son récit. Finalement, il reprend, d’une voix au timbre éraillé par la vie en mer :

« Aussi loin que je m’en souvienne, la mer a toujours été ma plus fidèle compagne. La vie m’en a donné d’autres, par la suite, bien sûr, mais les vies humaines passent et se fanent, quand l’océan demeure. Cette fascination doit me venir de mon père. Il était toujours sur son bateau, au grand désespoir de ma mère, qui m’élevait, moi, leur seul enfant, avec la terreur de ne jamais voir son époux revenir. Ma mère était une femme simple. Mon père lui avait appris à lire, et à tenir ses comptes, ce qui lui permettait de gérer les affaires de la famille lorsqu’il repartait.

Les absences étaient longues. Les rentrées d’argent irrégulières. Mais nous nous en sortions bien et n’étions pas à plaindre comparé à d’autres qui n’avaient pour toit sur la tête que la voute céleste. Le temps passe vite quand on est jeune, et entre mon apprentissage des lettres, et les départs et retours de mon père, je ne vis pas les années défiler. Jusqu’où jour où il ne revint pas.

A partir de ce moment, tout s’effondra autour de moi. Du moins, tout ce que j’avais connu. La maison tranquille. Les cours particuliers dispensés par ma mère. Les heures de liberté durant lesquelles je vagabondais dans la cité, avec pour seul alliés l’odeur des vents et des marées. Le port était mon domaine. J’y étais le roi. Un roi sans couronne et sans influence, régnant sur un peuple de mouettes, mais peu importait alors.

Ma mère s’effondra, et je manquai de forces pour la relever. Trop jeune. Pas prêt. Mais qui l’est quand il s’agit de renoncer à tout l’habituel pour plonger dans l’inconnu. Pourtant, l’inconnu en question ne m’effrayait pas. Je ne me sentais juste pas le courage d’emplir l’espace laissé vacant par l’absence définitive de mon père. Par lâcheté, je pris la fuite, et m’embarquai comme mousse sur un premier navire. Je ne cessai d’en changer, ensuite. Oh, pas par caprice. Mais par nécessité. La nécessité d’apprendre tout ce qui concernait la navigation. Le sujet me passionnait, et si le travail était rude pour un môme de mon âge, ça ne m’empêchait pas de mettre les bouchées doubles, voire triples, ne serait-ce que pour avoir l’avantage d’échanger quelques mots avec le second.

De ces conversations succinctes, je retirais néanmoins une certaine satisfaction. Et mon égo s’en ressenti. Je ne tardai pas à être remis en place, enchaînant les savons après avoir accumulé les erreurs. Parce qu’à trop se sentir sûr de soi, on a tendance à faire n’importe quoi. Moi, en tout cas. A force de rencontrer de nouveaux équipages, je m’habituai vite à la hiérarchie en mer. Chacun connaissait sa place, son poste, et le capitaine attendait de tous que chaque tâche soit effectuée à la perfection.

Un trait de caractère dont j’ai hérité d’ailleurs, lorsque j’ai à mon tour été l’heureux propriétaire d’un navire. Je le suis toujours, bien que dans un contexte bien différent, et, à chaque fois que je marche sur le plancher de bois et que l’air marin me cingle le visage, je compare tout ce que j’ai pu perdre, tout ce que j’ai pu gagner. Et je m’estime heureux d’être ce que je suis.

Il s'appelait Meredias d'Ombreflot, et son regard était aussi sombre que l'océan lors des plus formidables tempêtes. Sa réputation de barbarie n'avait d'égale que sa terrible prestance. Il était impossible de détourner les yeux de ce regard-là, qui vous hantait une fois que vous l'aviez croisé.

J'ai rencontré Meredias au cours d'une attaque pirate, durant laquelle j'ai été fait prisonnier. Mon navire fut capturé, puis vendu, tout comme mon équipage qui vint grossir les rangs des esclaves d'Ombreflot. Me concernant, il fut décidé que je conviendrai parfaitement aux jeux du capitaine, lequel me garda à ses côtés des années durant, des années d'horreur totale durant lesquelles j'appris l'ampleur des déviances et des humiliations que l'on peut faire subir à un homme.

Je n'ai pas souvenir d'avoir connu d'être plus cruel et étrange que Meredias. Le vice lui coulait dans les veines, et si je n'ai pas l'intention d'évoquer ici les sévices que j'ai pu subir de sa part, je peux au moins dire que je n'aurais jamais pensé qu'il soit possible de concentrer autant de perversité en un seul homme. Cela dura jusqu'à ce que le destin miséricordieux me permette de m'arracher définitivement à son emprise en lui portant le coup fatal dans la confusion générale lors d'un abordage, me laissant seul face à des fantômes contre lesquels je continue de lutter, sans trêve, et à la tête d'une alliance pirate aussi instable que dangereuse.

Peu importe ce que j'ai traversé, je suis aujourd'hui satisfait de mon sort, de ma condition, et mon navire écumera encore longtemps les mers, semant mort et terreur sous mon commandement. J'ai abandonné la morale, fui la civilisation que j'ai connue autrefois, et dis adieu à toute prétention autre que celle de d'emplir mes coffres et ceux du Bastion.



Entre vous et nous


• Pseudo : Mayden
• Âge : 25
• Comment avez-vous découvert le forum ? : Surprise madafaka
• Quelque chose à ajouter ? : Naye


Voir le profil de l'utilisateur

Veine Windsong
Messages : 36
Points : 6168
Race : Humaine
avatar

Partons ensemble sur les flots ! Ton bâtiment t'attend cap'tain !

 
Cam S. D'Ombreflot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morage ::  :: Validation :: Fiches validées-
Sauter vers: