Morage




 
Vie du forum


Event en cours

Rumeurs
• La neige qui tombe, doucereuse et froide, couvre les traces des monstres qui au creux de la nuit se cachent. Des disparitions sont signalées, en nombre suffisant pour que la population en entende parler et que l’inquiétude plante ses insidieuses griffes dans le cœur des habitants. Des cadavres sont retrouvés à l’aube, vidés de leur sang, malgré la vigilance de la milice des Veilleurs. Les vieilles légendes vampiriques auraient-elles décidé subitement de se rappeler aux vivants ? En savoir plus ?
• Il paraît que la célèbre et bien connue mercenaire aux cheveux d'albâtre Erha Damfays souffre d'un inconvénient conséquent. En effet, des bruits courent concernant les passagers clandestins qu'Erha transporterait avec elle. Des morpions !
• Les Veilleurs ont rapporté avoir été témoins d'une activité suspecte le long des côtes Moragiennes. Des débris d'un navire porté disparu ont refait surface, et la sombre silhouette d'un grand vaisseau sans pavillon a été aperçue à plusieurs reprises ! Prudence matelots !

Partagez | 
 

 Ne jamais montrer signe de faiblesse... [Finie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur

Ludwig Barbados
Messages : 11
Points : 5880
Race : Humain/Marionnette
avatar

Barbados Ludwig




Fiche d'identité
• Âge : 24 ans (a arrêté de vieillir et n'a pas compté, mais cela se compte en centaines d'années)
• Race : Humain maudit, marionnette de la reine des sorcières
• Sexe : Homme
• Orientation sexuelle : hétéro
• Groupe : Indépendant
• Profession : Marionnette, ancien chevalier
• Statut : Jouet de la reine des sorcières
• Maîtrise de la magie : Apprenti
• Maîtrise du combat : Maître
• Armes de prédilection : Épées longues et bâtardes, arbalètes.
• Lieu de vie (la cité de Morage, ou les environs) : Une planque dans le quartier Nord, un lieu sans histoire d'où il peut accomplir les ordres de la reine


Caractère
J’ai enduré toutes les peines pour devenir une lame digne de ma reine…

Si mon corps est une arme, mon esprit en est une plus dangereuse encore. Vif et intransigeant, efficace. Ma reine n’avait que faire d’une personne faible, il lui fallait une lame aiguisée à l’extrême, capable de frapper efficacement et là où il faut. Il en est ainsi de ma personne. Mon aura inquisitrice perturbe la pensée des hommes, instille la peur dans leurs âmes et les pousse à se trahir eux-mêmes. Il n’y a pas de compromis, le jugement doit être exécuté, voilà ce qui rythmait ma vie d’immortel. En un sens, cela changeait pas des veux que j’avais prononcé devant ma seule reine : « Pas de pitié, pas de remords, pas de questions ».

Mais à présent, ces mains ne créeront plus rien…

Ma vie n’a pas toujours été vécue une épée à la main, à dire vrai. Il fut un temps où l’acier ne faisait pas couler le sang lorsque je m’en servais, une époque où mes doigts sentaient un mélange de bois et de vernis. L’enfant que j’étais avait une passion pour la musique et un don pour contribuer à cet art. Encore à présent, il m’arrive de voir surgir des images du passé lorsque mes yeux se posent sur un instrument, imaginer ma vie si j’avais suivit mon premier désir et était devenu luthier… Les gens ont souvent dit que j’accorde plus d’importance aux instruments de musique qu’à la vie humaine elle-même. Il y a une part de vérité. Pour moi qui n’ai jamais eu à hésiter pour tuer hommes, femmes et enfants, détruire un instrument éveille en moi un sentiment étrange de regret.

Alors, à présent que je prie…

Il s’agit là d’une facette bien étrange de ma personnalité. Alors que je suis voué à devenir un jour ce que l’on nomme un démon, ma foi est restée intacte. J’honore les dieux, quels qu’ils soient, même si ma peau brule lorsque je le fais. Il n’y a pas de rédemption à chercher, mais je pose un genou à terre chaque matin, poussé par la force de l’habitude, sans doutes. Ma foi le touche même « lui ». Cet être qui bouge en moi, attend patiemment que ma conscience ne soit plus assez forte pour le repousser afin de voler mon corps. Il me rend instable, moi qui d’ordinaire est aussi calme que la mort elle même, cet esprit malin altère mes perceptions pour me pousser à me mettre hors de moi. Elle profite de ça pour prendre le dessus, lentement mais surement…
Physionomie
Je suis l’os de mon épée…

Mes cheveux sont à l’image d’un os, d’un blanc nacré qui semble si pur en apparence. En apparence seulement, car n’est-il pas dit que le diable est le plus habile pour avoir l’air pur et innocent ? Depuis l’époque où je n’avais pas encore été touché par le malin, mes traits n’ont pas changé. Ce visage aux traits fins mais durs semble avoir été gravé dans le marbre. Impassible, je garde une expression neutre en toute circonstance. Les humains peuvent se permettre d’afficher leurs émotions sur leur visage, moi je ne suis qu’une marionnette, je vis pour exécuter les ordres de ma maitresse. Il n’en fut toutefois pas tout le temps ainsi. Il était une époque ou mon regard  pouvait être dur comme l’acier, mais aussi doux que la plus fine des soieries. Le sourire que je réservais à ma reine et à quelques privilégiés s’est fané en même temps que leurs morts, ne laissant qu’un air vide d’émotions derrière lui.

L’acier est mon corps, le feu est mon sang…

On dit que les sorcières ne peuvent mourir que par le feu et par l’acier. S’il en est ainsi alors mon corps est fait de ces deux éléments.  Nombre de jeteuses de sortilèges tombèrent sous le coup de ces bras entrainés pour manier l’épée. Chaque parcelle de mon corps vibre pour le combat, un mètre quatre vingt dix de muscles dédié à l’extermination pure et simple de mes ennemis, de ceux de ma reine. De nombreux tatouages parcourent à présent ce corps qui n’est plus totalement le mien, ces runes maudites dont les sens échappent à toute personne qui n’est pas corrompue par ce contenu blasphématoire.

Inconnu de la mort, pas plus connu de la vie…

Mon armure est à mon image, une relique oubliée du passé. Comme moi, elle est maintenue en état, mais c’est mon attention et non la magie qui prolonge sa vie. L’armure de plate complète et au liseré d’argent est frappée aux armoiries de la première et seule autorité à laquelle je me soumettrais à nouveau et sans condition. Une cape pourpre couvre l’une de mes épaules et jure de manière voulue avec la froideur qui se dégage de mon personnage. Nous avons connu de nombreuses situations périlleuses mais jamais nous n’avons flanché face à celles ci.
Histoire

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Mais avant cela on célébrait mon nom comme celui d’un preux chevalier au service de sa reine. Né d’une famille bourgeoise, bien que sur un déclin financier certain, mon éducation fut stricte et absente d’oisiveté. Mon enfance fit rapidement place à un sens des responsabilités qui évita en de nombreuses occasions de ternir encore plus le nom de mes parents. Calme et réfléchit, deux choses qui tranchaient net avec mon apparence de gamin de quatorze ans. Si je ne savais pas encore à cet âge ce que je ferais plus tard, je me fixais déjà la difficulté d’y arriver à coup sûr, peu importe les barrières qui se dressaient sur mon chemin.

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Mais nombre d’entre mes compatriotes se souviennent de ce chevalier qui prêtait assistance à sa reine de manière indéfectible. Peu se souviennent à présent que j’étais la « lame » de ma maitresse, sa plus fidèle épée, celui à qui elle pouvait confier n’importe quel secret sans avoir peur qu’ils ne tombent entre de mauvaises mains. Elle était ma lumière, mon seul port d’attache après la disparition de ma famille. Je faisais tout pour la servir, que mon épée eut à se baigner dans le sang de nombre d’hommes était le cadet de mes soucis. Elle ordonnait, j’exécutais.

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Et je fus l’amant de ma reine dans le plus grand des secrets. Ce n’étais pas de l’amour véritable, du moins pas au début. Elle m’avait invité dans ses appartements pour la première fois car elle appréciait qu’un serviteur si dévoué possédait des traits aussi fins. Souhaitait-elle s’assurer de mes bons et loyaux services ? Je n’ai jamais pu percer les intentions de ma dame, aussi ne pourrais-je vous répondre. Après plusieurs nuits passées dans ses appartements, je pouvais m’avancer en disant que ses possibles doutes avaient été balayés aux quatre coins du royaume.

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Et ma mort fut mise en route par une simple décision. Comme tous les grands évènements, leur déclencheur est toujours un petit rouage qu’une main hésitante vient faire tourner. Une sorcière menaçait la stabilité du royaume de ma dame, qui d’autre pouvait partir en croisade contre cette ignoble entité à part son plus fidèle serviteur ? Je m’armais de ma volonté et de mes armes pour alléger le poids qui pesait sur le coeur de ma Dame et dissiper le nuage de crainte qui obscurcissait déjà son regard. Par le feu et l’acier, cette sorcière devait mourir afin qu’aucune menace ne pèse plus sur ma reine.

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Mais avant cela, j’eus le sang de nombreuses sorcières sur les mains. Je n’étais pas l’un de ces guerriers berserker dont les légendes vantent la férocité, mais pour ma reine j’étais prêt à abandonner ma raison pour pouvoir réussir la mission qu’elle m’avait confiée. Mais je n’en eu jamais l’occasion. Tuer autant de ces maudites harpies avait déjà été un exploit, vaincre leur reine ne me faisait pas peur je devais juste le faire, c’est tout. Le combat fut court, mais en ma défaveur. Ses pouvoirs n’avaient rien à voir avec ceux des autres sorcières que j’avais combattu.

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Mais j’aurais voulu mourir lorsqu’elle me jeta cette malédiction. Un pacte forcé avec elle pour faire de moi son pantin. Je pense que c’était pour célébrer mon exploit, ou pour me punir d’avoir tué tant de ses semblables, mais elle m’enchaîna à son être. Une force incroyable contre une vie de servitude et ensuite… je ne préférais pas y penser. Avec un étrange sourire, elle m’avait appelé son « futur prince démon en devenir ».

Mon nom est Ludwig Barbado, et je suis mort…

Je suis mort, ce jour-là, mais avant cela on me vit arpenter lentement le hall du palais de ma reine. Le tapis brodé d’or était rouge du sang de ceux qui furent jadis mes compagnons. Mon visage n’exprimait aucune émotion, mais des larmes de sang coulaient de mes yeux. Ce jour-là, je perdis la faculté de pleurer de véritables larmes alors que la pointe de mon épée s’enfonçait dans la poitrine de ma chère reine adorée. Mon corps était lourd alors qu’elle me souriait avec une tendresse que je ne lui avais jamais vu. Elle me bénit, ou bien était-ce une malédiction ? Elle m’offrit le don d’une vie plus longue, bien plus que celle d’un humain, mais d’un autre côté, cela ferait encore plus d’années passée à fouler cette terre alors qu’elle n’y était plus présente… un supplice. Un mal nécessaire car si d’aventure je parvenais à mourir sous l’influence du pacte, mon âme deviendrait alors démon incontrôlable, un véritable fléau pour l’humanité.

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Enfin, je le suis à l’intérieur. A l’intérieur de ce corps qui ne veut plus accuser le poids des années et dont les capacités l’ont prévenu de nombre coups fatals. Me voilà condamné à servir celle que je considère comme le mal en personne, mais je n’ai aucun moyen de contrecarrer ses ordres et elle s’en amuse.

Mon nom est Ludwig Barbados, et je suis mort…

Mais malgré cela, mon combat continue…
Entre vous et nous


• Pseudo : Ryuwan, Seo-Lin, Gabriel, D'Eon, etc.
• Âge : 24 ans
• Comment avez-vous découvert le forum ? : Par une certaine personne
• Quelque chose à ajouter ? : Pour le moment, non, à part que ça fera très suspect si un certain membre du staff décide de faire tuer mon perso :'D


Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6156
Race : Archiliche
avatar
*L'observe avec insistance*

Je ne vois pas du tout de quoi tu veux parler.

Bienvenue officiellement en tout cas ! (Oui bon, même si pas encore validé, j'ai le droit d'officialiser. **) Tu penses mourir bientôt ? *brique*

Ps : Merci pour le système de dés. ♥



Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.

Voir le profil de l'utilisateur

Ludwig Barbados
Messages : 11
Points : 5880
Race : Humain/Marionnette
avatar
Petit message pour annoncer que j'ai terminé le côté rp de la fiche, en private j'enverrai à la principale intéressée un système de tests aux dés pour voir si le démon prend l'ascendant sur lui ou non :'3

Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6156
Race : Archiliche
avatar
Je viens de capter que la fiche était terminée. Pardon pardon pardon. *rampe*

Je suis... complètement et irrémédiablement amoureuse de ton personnage. :'D


Validation
La cité de Morage t'ouvre officiellement ses portes. Tu peux dès à présent choisir une habitation et trouver un partenaire de jeu ou bien encore ouvrir les chroniques de ton personnage. Bon jeu parmi nous ! ♥




Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.

Voir le profil de l'utilisateur http://covensecrets.forumactif.org/

Nyphitys Sombrespoir
Messages : 31
Points : 5990
Race : Banshee
avatar
Wow *.* Moi aussi :D
Bienvenue !

Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6156
Race : Archiliche
avatar
NON ! C'est mon mien T.T

*Sort loin* xD



Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.

Voir le profil de l'utilisateur

Ludwig Barbados
Messages : 11
Points : 5880
Race : Humain/Marionnette
avatar
Merci pour la validation, pour la peine tu auras un rp, c'est non négociable è.é Après j'ai pensé à une idée mais je te l'enverrais par skype après manger ^^

Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6156
Race : Archiliche
avatar
Mwahahahaha ! 8D J'attends ça avec impatience. ♥



Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.


Contenu sponsorisé

 
Ne jamais montrer signe de faiblesse... [Finie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» une photo de faiblesse!!!
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» "Je n’ai jamais été membre d’aucun parti politique"
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morage ::  :: Validation :: Fiches validées-
Sauter vers: