Morage




 
Vie du forum


Event en cours

Rumeurs
• La neige qui tombe, doucereuse et froide, couvre les traces des monstres qui au creux de la nuit se cachent. Des disparitions sont signalées, en nombre suffisant pour que la population en entende parler et que l’inquiétude plante ses insidieuses griffes dans le cœur des habitants. Des cadavres sont retrouvés à l’aube, vidés de leur sang, malgré la vigilance de la milice des Veilleurs. Les vieilles légendes vampiriques auraient-elles décidé subitement de se rappeler aux vivants ? En savoir plus ?
• Il paraît que la célèbre et bien connue mercenaire aux cheveux d'albâtre Erha Damfays souffre d'un inconvénient conséquent. En effet, des bruits courent concernant les passagers clandestins qu'Erha transporterait avec elle. Des morpions !
• Les Veilleurs ont rapporté avoir été témoins d'une activité suspecte le long des côtes Moragiennes. Des débris d'un navire porté disparu ont refait surface, et la sombre silhouette d'un grand vaisseau sans pavillon a été aperçue à plusieurs reprises ! Prudence matelots !

Partagez | 
 

 Cahir d'Erse - Magistrat mercenaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur

Cahir d'Erse
Messages : 14
Points : 4915
Race : Humain
avatar

Cahir d'Erse

La justice n'existe pas à l'état naturel.
Seul persiste un rêve de justice dans l'esprit de certains hommes.



Fiche d'identité
• Âge : Vingt-sept ans
• Race : Humain
• Sexe : Masculin
• Orientation sexuelle : Hétérosexuel.
• Groupe : Indépendant
• Profession : Magistrat mercenaire
• Statut : Célibataire
• Maîtrise de la magie : Apprenti de la magie noire
• Maîtrise du combat : Maîtrise à l’arme blanche.
• Armes de prédilection : La hache du bourreau (enterrée pour que son propriétaire ne soit pas identifié) ou l’épée longue.
• Lieu de vie : Cité de Morage ou en maraude dans les environs.


Caractère

Auparavant le magistrat faisait preuve d’un caractère empreint d’une grande neutralité, d’une écoute certaine et d’un sens de la justice marqué par une grande équité. Du moins, c’est ce qu’il aurait pensé de lui-même à cette époque. D’autres auraient pu targuer d’un caractère impassible ne pouvant être ému et d’une propension à appliquer ses jugements avec une sévérité justifiée mais implacable.

Depuis son éviction les valeurs fondamentales du magistrat mercenaire sont comme en perdition. Les accusations professées à son encontre, à la fois avérées et mensongères, témoignent d’un point de vue qu’il n’avait jamais envisagé lors de ses fonctions officielles : « le mensonge de l’un peut être la vérité d’un autre ; sans qu’aucun ne se trompe ».

Son caractère reste toutefois marqué d’un grand calme, pour ne pas dire d’une marque impassible. Peu prompt à s’émouvoir, il observe toutefois la nature humaine s’exprimer avec l’attention d’un naturaliste inspectant de nouvelles espèces d’insecte pour la première fois.

Son initiation aux sombres mystères pèse doublement sur son humeur. Indéniablement marqué par les secrets arrachés à de vils praticiens de l’art noir lors d’interrogatoires, le magistrat se trouve désormais à la place de certains de ceux qu’il jugeait autrefois.


Physionomie

Auparavant le magistrat aurait pu paraître en société ceint des atours de sa fonction lui permettant de rendre le droit tant à la cour de justice qu’en campagne par ses couleurs reconnaissables : le noir signifiant la nuit et l’hermine marquant la présence du roi. En d’autres termes, le symbole de la volonté du roi apportant le droit à la nuit.

En tant que Bourreau du roi, l’élément le plus remarquable de ses costumes est un heaume de bronze. Destiné à préserver secrète son identité et lui épargner vindictes populaires et vendettas personnelles, ce casque d’allure impavide se complète d’un gorgerin et d’un demi-harnois sans ornements apparents. L’élément de décoration dont les spectateurs et accusés ne peuvent généralement détourner le regard se trouve pourtant être une hache de bourreau à la lame simple quoique la hampe soit finement travaillée.

Actuellement l’ancien magistrat porte une tenue classique de mercenaire réussissant à gagner sa vie et tenant à afficher que la qualité de sa lame suffit à assurer le confort de son quotidien. Aux bottes hautes renforcées de clous se superposent des pantalons épais de couleurs sombres. Un mantel du même aloi protège son torse et se prolonge au niveau de la gorge d’une coupe couvrante. Enfin, un tabar doublé de couleur claire achevé par une capuche couvrante complète son usuelle panoplie.

Bel homme dans l’ensemble, bien qu'affecté de cheveux poussant drus se réunissant en mèches sauvages, le magistrat mercenaire présente un sourire découvrant plus de dents que d’humour. Un regard gris cendré pourrait rehausser l’ensemble s’il ne dévoilait un poids, des préoccupations ou des pensées secrètes impropres à un simple homme d’action.


Histoire
Citation :

« RECHERCHONS »
« MORT, VIVANT OU MORT-VIVANT »
« CAHIR D’ERSE »

« Nous, membres de la Cour de justice du royaume de la Brèche, au nom de sa Majesté Séraphin Morouge menons l’accusation contre le sire Cahir d’Erse, puiné de la maison d’Erse, pour les motifs d’inculpations suivants : trahison de ses vœux de magistrature et actes de sorcellerie.

De l’inculpation de parjure au serment des magistrats du roi, nous le jugeons coupable.

De l’inculpation de parjure au serment des bourreaux du roi, nous le jugeons coupable.

De l’inculpation liée à la pratique d’actes de sorcellerie noire, nous le jugeons coupable.

Par la présente missive, nous concluons la présente affaire par le verdict suivant : « coupable de plein droit et sans circonstances atténuantes.

Par ordonnance de la Cour de justice du royaume nous condamnons le sire Cahir d’Erse à être destitué de tous ses titres de noblesse, de ses fonctions de magistrat et de bourreau. Ses possessions matérielles seront rendues à sa famille.

Quiconque livrera le dit Cahir d’Erse à la justice du roi se fera rétribué d’une somme équivalente à mille écus d’or.

Pour faire valoir ce que droit,

Pour et par le roi,

La Cour de justice du royaume »

X

Le magistrat mercenaire arracha la missive du panneau sur lequel elle était fichée et la fourra dans une poche de revers d’un mouvement neutre.

« C’est factuel » apporta le cavalier en guise de simple commentaire à sa monture avant d’éperonner son cheval en direction du nord.

X

Second né de la maisonnée des Erse, Cahir ne pouvait espérer hériter des possessions de ses aïeux à moins qu’un accident malheureux ne survienne à son frère ainé. Dépossédé de toute inclinaison à la duperie et aux machinations, l’enfant fut formé aux arts militaires afin de rejoindre le service du royaume.

Au fil des ans, alors que progressait son talent pour la chose armée, le jeune homme fit preuve d’une appétence érudite autant que d’un caractère marqué de la retenue nécessaire que ses instructeurs identifièrent comme caractéristiques des qualités requises pour exercer les fonctions de magistrats du roi. Si les magistrats de ville tenaient le plus souvent d’érudits au grand âge, les magistrats de campagne devaient bien souvent manier l’épée pour appréhender les coupables ou imposer leurs jugements. Après plusieurs années consacrées à résoudre les problèmes de quotidiens loin de l’agitation de la capitale, le magistrat de campagne se trouva nommé en ville. Ses positions justes et exemptes de partialité, ainsi que sa vigueur naturelle, l’orientèrent vers la mission de bourreau.

Honnis sont les bourreaux. Bien qu’acclamés par la plèbe lors des exécutions publiques et célébrés pour leur rôle d’officiant lors d’exécutions secrètes, les bourreaux sont unanimement craints du peuple et rejetés par toutes les castes de par leur proximité avec la mort. Leur identité est donc conservée secrète et il n’est d’usage que ces derniers officient tant que le poids de la hache ne leur est pas trop douloureux tant les candidats sont rares. Les bourreaux sont par ailleurs réunis en une caste dont le rôle relève aussi de la surveillance de prisonniers dangereux ou de meneurs d’interrogatoires lorsque les secrets sont trop infâmes pour être entendus par toutes les oreilles.

Révéler l’identité d’un bourreau, c’est le mettre à mort socialement.

Par quel biais était venu l’accusation était impossible à déterminer : une cabale politique ? Une revanche personnelle ? Une simple erreur de justice ?

« Force est de reconnaître qu’il n’y a pas que du faux dans l’accusation » grinça le cavalier.

Nombreux étaient les secrets que Cahir avait pu recevoir en écoutant aux portes lors de ses gardes de nuit, notamment celles précédant les exécutions. C’est ainsi qu’il recueillit ses premières formules sombres, ses prières adressées aux ombres ou ultimes pactes désespérés aux puissances occultes. Ce qui n’était initialement qu’un embrouillamini de croyances et de sortilèges vide de forces finit par trouver une forme de cohérence et de substance.
L’un des prisonniers qu’il garda durant de longues semaines lui murmura de nombreuses choses secrètes et infâmes. Assez semble-t-il pour corrompre l’âme d’un surveillant plus fragile ; du moins le pensait-il à l’époque.

La course de son cheval interrompit un instant ses pensées alors qu’il laissait son corps se courber sur le dos de la bête afin de négocier un virage rendu malaisé par un gravier traître. Ses yeux se portèrent sur l’une de ses sacoches afin de vérifier que son contenu – un exemplaire du Malleus Maleficarum et un partiel du Culte des goules – ne se vide pas.

Forçant sur sa monture, il délaissa le marché aux esclaves sur sa droite et poussa en direction de Morage sans atermoiements pour le sort des captifs attendant qu’on les délivre de leur sort. Morage l’attendait et il ne désespérait pas, là-bas, de fonder une compagnie mercenaire.

Mais dans quel objectif ?

Entre vous et nous


• Pseudo : XIX
• Âge : 31
• Comment avez-vous découvert le forum ? : Tour de jeu.
• Quelque chose à ajouter ? : Très jolie la déco.


Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6156
Race : Archiliche
avatar
Wow. La plume est aussi tranchante qu'assurée, j'aime beaucoup ta façon de dépeindre ton personnage et ce qui l'entoure. C'est recherché, sans être pédant, et c'est un plaisir à lire. J'ai hâte de pouvoir suivre les aventures de Cahir en rp ! :D En attendant, je te souhaite la bienvenue parmi nous. Prends tes aises, fais comme chez toi, et si tu as des questions, n'hésite pas. ^.^ Ah, oui, j'oubliais, tu peux m'envoyer un mp lorsque tu sauras quel rang tu souhaites pour ton personnage, et je te le ferai. :)


Validation
La cité de Morage t'ouvre officiellement ses portes. Tu peux dès à présent choisir une habitation et trouver un partenaire de jeu ou bien encore ouvrir les chroniques de ton personnage. Bon jeu parmi nous ! ♥




Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.

Voir le profil de l'utilisateur

Cahir d'Erse
Messages : 14
Points : 4915
Race : Humain
avatar
Merci pour ton accueil et ta validation,

Si tu le souhaites, je peux extraire les éléments relatifs à la justice du Royaume de la Brèche (les magistrats et les bourreaux) de la description pour les mettre dans un sujet décrivant le royaume de la Brèche ?

Je vais préparer une demande de Rp de ce pas,

A tantôt.


[R]Épris de justice.

Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6156
Race : Archiliche
avatar
Oh, si tu en as envie, c'est une excellente idée oui ! :D Ca me permettra de développer toute cette partie là dans la mise à jour à venir. Merci beaucoup ! :)



Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.


Contenu sponsorisé

 
Cahir d'Erse - Magistrat mercenaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wicaemas Lothalia [Mercenaire]
» Funeste [Mercenaire & Roublarde]
» Azrayen [mercenaire]
» Chryses de Sybrondil [Marchand et mercenaire] [KATASTROPHE]
» Mercenaire plvling

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morage ::  :: Validation :: Fiches validées-
Sauter vers: