Morage




 
Vie du forum


Event en cours

Rumeurs
• La neige qui tombe, doucereuse et froide, couvre les traces des monstres qui au creux de la nuit se cachent. Des disparitions sont signalées, en nombre suffisant pour que la population en entende parler et que l’inquiétude plante ses insidieuses griffes dans le cœur des habitants. Des cadavres sont retrouvés à l’aube, vidés de leur sang, malgré la vigilance de la milice des Veilleurs. Les vieilles légendes vampiriques auraient-elles décidé subitement de se rappeler aux vivants ? En savoir plus ?
• Il paraît que la célèbre et bien connue mercenaire aux cheveux d'albâtre Erha Damfays souffre d'un inconvénient conséquent. En effet, des bruits courent concernant les passagers clandestins qu'Erha transporterait avec elle. Des morpions !
• Les Veilleurs ont rapporté avoir été témoins d'une activité suspecte le long des côtes Moragiennes. Des débris d'un navire porté disparu ont refait surface, et la sombre silhouette d'un grand vaisseau sans pavillon a été aperçue à plusieurs reprises ! Prudence matelots !

Partagez | 
 

 Abysse - Qui a dit que les liches étaient foncièrement mauvaises ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur

Abysse
Messages : 38
Points : 4850
Race : Non-Mort
avatar

Abysse

Après tant d'années il est étonnant que les mortels arrivent encore à me distraire.

Le thème.:
 



Fiche d'identité
• Âge : Inconnu
• Race : Liche. Il est difficile à déterminer à quelle race cet être appartenait autrefois, bien que l'on suppose qu'il était un elfe.
• Sexe : Variable. Il peut user de diverses illusion pour tromper le bon peuple.
• Orientation sexuelle : Sans importance.
• Groupe : Indépendant
• Profession : "Observateur"
• Statut : En couple avec la mort.
• Maîtrise de la magie : Maître de la magie de l'ombre, sa puissance dépasse de loin celle de tous les sorciers de seconde zone qui plus est.
• Maîtrise du combat : Aucune. Pourquoi s'ennuyer à combattre sois même quand on peut faire pourrir jusqu'à la mort la peau d'un adversaire ?
• Armes de prédilection : L'effroi et les mauvais sortilèges.
• Lieu de vie : Variable. Bien que certaines puissances supérieurs pointent du doigt les ruines de Mal'Derone;


Caractère
Il est évident que lorsque l'on parle d'une liche, le caractère d'origine de l'être qu'elle était a totalement disparus. Ainsi, le dénommé Abysse ne fait pas exception à cela. Toutefois, bien que tout ce qui le caractérisais autrefois à disparus en même temps que sa vie, la mort lui a forgé une nouvelle existence. Ainsi, l'on pourrait croire que comme les légendes le décrive, une liche est foncièrement mauvaise, elle ne cherche qu'à répandre le mal, son objectif final étant de faire tomber la nuit éternelle sur le monde. Sans doutes est-ce vrai pour beaucoup de liches. Cependant l'on parle là de sorciers ayant des ambitions maléfique. Lorsqu'il était encore un mage, il y a des siècles, Abysse n'avait pas vocation à semer le chaos. Non, pour lui devenir une liche revenait à atteindre le pinacle de sa puissance. Il atteindrait l'immortalité, car après des années voir des siècles à chercher d'autres moyens à travers l'alchimie ou divers artefact, il s'était vite rendu compte que tous ayant échoué, il ne restait plus qu'une solution, vivre dans la mort.

Ainsi peut on résumer l'ambition de l'être immortel. Le savoir. Au fil des âges il a acquis d'innombrables connaissances, bien qu'inutiles à ses yeux, ce dernier n'usant plus que des sorts les plus obscurs qui soit, il aurait très bien pu enseigner la magie blanche à un néophyte. Toutefois, comme nous le disions, bien que le savoir fut sa principale motivation pendant un temps, il est désormais passé au plan secondaire. Désormais Abysse se pose en observateur dans ce vaste monde. Il déambule dans les landes là où il va se passer « quelque chose de gros ». Il se délecte des conflits et des intrigues au même degré qu'un mariage où une fête diverse. Tout est pour lui une source de distraction.

L'on peut donc en ce sens affirmer que lorsque la liche vous observe, c'est qu'elle vous trouve un certains interêt. Toutefois ne vous méprenez pas, c'est uniquement pour son plaisir personnel qu'elle vous observe. Aussi Abysse n'a « levé le petit doigt » que très peu de fois durant tous ces siècles. A l'action il préfère l'observation passive. Du moins était-ce vrai il y a encore quelques années. Il pense désormais sérieusement que les choses pourrait être encore plus distrayante s'il daignait intervenir dans certaines situation. Subtilement ou moins, peu importe. Toujours est-il qu'une seule vérité demeure, les mortels et leurs actes attisent l'interêt de l'immortel.

Physionomie
Vous l'aurez compris, Abysse n'est plus ce qu'il était de son vivant. L'on pourrait même dire que sa véritable apparence n'est plus que l'ombre de ce qu'elle était autrefois, nous parlons là d'un corps, si l'on peut encore appeler ça un corps, totalement squelettique et totalement décharné, et nous parlons là de décharné littéralement. Après tant de siècles d'existence les derniers morceaux de chairs ont disparus. Désormais il ne reste plus qu'à cette ombre du passé, un immense squelette, flottant dans une immense robe sombre visiblement trop grande pour sa carrure actuelle. Cette dernière est toutefois étonnement bien conservée, incrusté, qui plus est, l'on pourrait croire que certaines de ses parties sont des pièces d'armures tant elles y ressemblent. Malgré ce doute ci, il est certains que plusieurs gemmes sont incrustés dans cette « robe », des émeraudes qui associés aux borderies de couleurs ternes et obscures donnent presque l'air d'être des yeux. D'énormes gantelets s'associant parfaitement à la robe sont visible par tout mortels ayant la chance ou la malchance d'observer la liche, de ceux ci dépassent de longues griffes, où des doigts, qui sait ? Cela n'enlève cependant aucunement l'aura d'effroi du Non-mort que ce soit l'un ou l'autre. De plus, trônant sur le crâne visible de la liche se trouve être une sortes de coiffe laissant entrevoir le visage de son porteur. Qui plus est, la liche est grande. Bien plus grande que la plupart des mécréants de ses contrées. Mais afin de se grandir encore plus et sans doute par arrogance ou parce qu'elle est « fainéante » la liche lévite. Elle déteste marcher sous sa véritable forme. Et pour ce qui est de son expression. Nous dirons simplement qu'elle est variable, très variable, mais elle affiche tout de même un rictus extrèmement malsain.

Cependant, comme nous le disions Abysse est depuis fort longtemps passé maître dans l'art de tromper, et par tromper nous entendons que la liche maîtrise les illusions à merveille. Aussi, bien qu'il puisse devenir qui il veut, en ce siècle où les hommes se sont déversés dans le monde entier tel la peste grâce aux rats, il préfère opter pour une apparence de vagabond. Un vieil homme portant une bure noire comme le jais. La capuche rabattu de manière à ce que l'on ne puisse presque pas voir son visage, seul dépasse de tout cela la fin d'une barbe grisâtre. Et tant qu'à parler de sa bure noire, celle ci est couverte de poussière, des loques qui partent en morceau et l'homme quand à lui marche, canne à la main dans les rues et les plaines du monde. Toutefois, s'il est un fait incontestable concernant cet étrange voyageur, c'est qu'il dégage une aura. Une aura malsaine. Si perturbante que les mortels détournent sans en être conscient leurs regards. Et étrangement, nul ne se souvient du visage de l'homme, l'on-t-il seulement vu un jour.

Histoire
Le combat était terminé.

Dans les plaines rougis par le sang s'étendaient désormais à perte de vue à la place de l'herbe vertes, des quantités innombrables de cadavres. Des armes et des membres arrachés gisait ça et là dispersés dans le chaos le plus total et se trouvant parfois très loin de leur propriétaires. Ces derniers n'étaient pas mieux logés que leurs possessions qui plus est. Certains étaient morts transpercés par quelques carreaux et lames passés au travers de leurs gorges, d'autres s'étaient fait piétiner par une charge cavalerie, encore d'autres s'étaient fait faucher par des tirs de balistes et ne ressemblait plus à grand-chose.

Les lieux étaient cependant déserts, un calme effrayant régnait désormais. Les deux armées s'étaient retirés suites aux pertes monstrueuses qu'elles avaient respectivement essuyés. Toutefois, elle n'avait même pas prit le temps d'emporter leurs bannières, leurs armes de siège qui demeurait tel des vestiges sur leurs positions d'origines. Mais peut-être avait ils omis d'emporter avec eux plus important encore.

Dans un tel contexte, hormis les corbeaux, il n'y a pas grand monde qui ose traverser les lieux. Les charognes silencieuse font office d'épouvantails. Et même les plus courageux tournent de l'oeil devant tel boucherie.

Toujours est-il qu'Il était là. Traînant ses loques dans les mares de sang, marchant au passage sur une main perdue. Prenant son temps, laissant résonner sur les armures en morceaux le Toc de sa canne. Il avait observé la bataille depuis une position surélevée dans les bois voisins. Il s'était délecté des cries d'agonies en résultant. Les lignes tombant les unes après les autres avaient été une grande distraction. Les chevaliers en feu ayant subis le courroux des mages s'enfuyant dans leurs rangs, semant la peur et la destruction parmi les siens avait été un grand spectacle.

Toutefois, toutes distraction a une fin. Ainsi, une fois les forces en présence s'étant retirés vers leurs campements sans nul doutes pour se regrouper, il s'avança. Il était inutile de craindre un quelconque retour des soldats. Les généraux attendrait certainement le lendemain avant de tenter quoi que ce soit à nouveau. Et même les plus hardis, n'oserait pas s'aventurer à nouveau sur les lieux seul, craignant sans doutes que d'éventuel charognards plus « imposant » que les corbeaux n'aient établis leurs terrain de chasse entre temps. Le champ était donc libre, et le vieillard s'avançait, jetait des coups d'oeils par ci, par là. En un sens ce carnage le dépitait, mais il l'impressionnait aussi. Que les mortels soient capables de tels atrocités. Les temps depuis son époque d'origine avaient bien changés. Toutefois, c'était distrayant. Un cirque vivant et éternel. Cependant, il sentait au fond de lui qu'observer, être le témoin silencieux, le gardien du savoir n'était plus suffisant, et bien qu'il se soit juré il y a bien longtemps d'éviter toute intervention inutile… Il était revenue sur cette pensée il y a peu. Dès qu'il se fut rendus compte que le plaisir de ses visions s'évaporait petit à petit. Il fallait plus. Aussi, il trouvait un certains charme à agir subtilement. Devenir un acteur du grand théâtre qu'est le monde, agissant toutefois de manière à ce que personne ne soit sure que c'était lui l'auteur de l'action. Cependant, il arrivait certains instants où il pouvait faire comme bon lui semblait puisque après tout, personne ne saurait qu'il avait été là. Son passage sur les champs d'honneur en était un. Ainsi parcourant les allés de cadavres il trouva finalement ce qu'il espérait dénicher. En effet, un soldat se trouvait là. Un cavalier visiblement, coincé sous sa monture et blessé méchament par une lance lui traversant le corps, il avait été laissé pour mort. Et personne n'étant venus il avait perdu énormément de sang. La mort était proche pour lui.

Le voyageur s'arrêta devant lui. Détaillant son expression, il était surpris. En même temps qui ne le serait pas, un civil ici ? Seul ? Un vieil homme qui plus est. Cela cachait quelque chose. Du moins c'est ce que vous répondrais un homme en état de réfléchir. Celui ci se fichait éperdument que ce soit un civil ou un de ses alliés. Il était sur le seuil de la mort après tout, qu'est-ce que ça pouvait lui faire. Le vieil homme demeurait silencieux aussi, lui demanda-t-il une faveur grâce aux dernières forces qui lui restait.

« Argh… Pitié… Qui que tu sois, vi… vieil homme… Je t'en conjure, achève moi... »

Le vieux ne cilla pas, son expression demeurant impassible demeurait inchangé, cependant son interlocuteur ne pouvait le percevoir tant l'obscurité ambiante sous la capuche de l'homme était omniprésente et étrangement imperméable. Il restait silencieux.  Le mourant repris la parole.

« Etranger… Au nom des dieux quels qu'ils soient… Je t'implore de mettre fin à ma souffrance. Achève moi... »

L'encapuchonné laissa échapper un soupir. Dépité ? Résolu ? Qu'importe. Il se baissa alors jusqu'à se mettre à genou, posant sa main sur le visage de l'homme. Il pouvait sentir la vie sur celui ci, la vie qui s'échappait. Sa main quand à elle était froide. Si froide… Sans doute le soldat le ressenti car peu après, son souffle se fit plus irrégulier, pressé, de la sueur apparaissait sur son visage dont l'expression exprimait désormais une crainte. Une atmosphère malsaine entourait le vieillard et seulement maintenant il s'en rendait compte. Depuis le début il avait tenté d'observer le visage de l'étranger, mais inconsciement il en était incapable, il détournait toujours le regard et ce sans s'en rendre compte. Jusqu'à maintenant. Il ne pouvait regarder son visage, c'était comme si son corps refusait de la laisser voir l'horreur de la vérité. Il tremblait, la peur commençait à le submerger. Puis le vieillard lui répondit.

« Il est étonnant, que ta première pensée aille à ta personne. Je conçoit le fait que tu désire mettre un terme à ta douleur, toutefois je sais par expérience que les gens au seuil de la mort pensent avant tout à ceux qui leurs sont cher. N'as-tu donc des proches auxquels tu voudrais transmettre un message avant que la faucheuse ne t'emporte ? »

Il marqua une pause, le soldat, tétanisé par la peur n'osait répondre.

« Car vois-tu, si c'était le cas. Tu pourrais considérer que la chance ne t'as pas totalement abandonné, vois tu, je suis messager. Et si tu le souhaite je peux porter tes dernières paroles à qui tu désire. Et mettrais fin à tes souffrances après que tu me les aient transmises. Donne moi seulement ton nom et ceux du destinataire et je pourrais ainsi procéder à la transmission. »

Malgré l'étrangeté de la situation, et l'effroi ambiant qui dominait désormais les lieux, le soldat répondit. Il ne su comment il avait trouvé la force pour le faire. Toujours était-il qu'il répondit.

« Je… Je me nomme… Karl… Mes parents… Habitent dans une… Une cité… Morage… Oui c'est ça… Ils habitent… »

L'homme réussit malgré ses difficulté à balbutier l'adresse. Mais il avait encore détourné le regard. Et quand il tenta à nouveau d'observer le vieillard, il resta figé… Son expression se déforma… Et son coeur… La main qui se tenait sur son visage, n'était plus froide. Mais squelettique, et devant lui ce n'était plus un vieillard, mais un rictus diabolique affublé d'une antique coiffe. D'une voix d'outre-tombe il lui dit.

« Tu peux partir en paix Karl de Morage. Je ferais savoir à tes parents que tu es tombé à la guerre. A présent va. Que les ombres te guident dans les limbes. »

Le soldat ne répondait plus. Son coeur avait laché. Et le vieillard se relevait, entamant sa marche vers Morage. Cependant, ce nom sonnait à ses oreilles comme plein de promesse. Quelque chose lui disait que cette ville serait fort distrayante.


Entre vous et nous


• Pseudo : Admiral Daelin. Oui encore.
• Âge : 17 ans. Et demi :c
• Comment avez-vous découvert le forum ? : Déjà inscrit :p
• Quelque chose à ajouter ? : First Lich  eviilhug


Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6126
Race : Archiliche
avatar
Hop, et re-bienvenue par ici. ^.^

Un point me chiffonne, par rapport à ton histoire qui est par ailleurs très agréable à lire. Le premier, c'est que le royaume n'est pas en guerre en ce moment, il est donc plus qu'improbable qu'un homme ayant un lien avec Morage ou n'importe quelle cité de ce côté du continent se retrouve en train d'agoniser sur un champ de bataille. J'aimerais quelques précisions du coup, afin de savoir si c'est jouable ou pas du tout, parce que si l'idée est bonne, elle est en l'état actuel des choses, difficilement applicable. :)




Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.

Voir le profil de l'utilisateur

Abysse
Messages : 38
Points : 4850
Race : Non-Mort
avatar
Je vais donc invoquer l'excuse classique que l'on donne dans chaque monarchie plus ou moins féodale. Les conflits entre vassaux. Car bien que les royaumes fassent la guerre à d'autres, les grands féodaux aiment s'affronter par rapport à diverses querelles. Aussi il n'est pas rare que ceux ci engagent des troupes venant d'ailleurs pour étoffer leurs rangs. Qui plus est comme nous l'avons vu dans la trame scénaristique, le trône est entre les mains d'un nouveau dirigent qui fait plus ou moins n'importe quoi. Du coup il ne serait pas étonnant que des troubles entre vassaux ressurgissent. Tout comme on peut aussi considérer que si le truc s'était passé sous le père du nouveau roi, les vassaux avaient le champs libre pour s'entretuer joyeusement, considérant que ce dernier était trop... Mou... Voilà voilà.

Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6126
Race : Archiliche
avatar
Oui, ça me va comme explication :) ma faute, j'ai de suite imaginé une guerre sortie de nulle part. XD *aime bien imaginer des guerres*


Validation
La cité de Morage t'ouvre officiellement ses portes. Tu peux dès à présent choisir une habitation et trouver un partenaire de jeu ou bien encore ouvrir les chroniques de ton personnage. Bon jeu parmi nous ! ♥




Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.

Voir le profil de l'utilisateur

Abysse
Messages : 38
Points : 4850
Race : Non-Mort
avatar
Les guerres ça va ça vient. Suffit juste de trouver un Casus Belli et c'est pas ça qui manque :x. Et merci pour les clefs de la ville :)


Contenu sponsorisé

 
Abysse - Qui a dit que les liches étaient foncièrement mauvaises ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Abysse Mnémonique ou "bibliothèque" de mémoire ?
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'Abyss :: 40K :: Mercredi (14) ou Jeudi (15)
» L'Abyss :: Nouveau magasin de gaming
» [TOURNAMENT] - Janvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morage ::  :: Validation :: Fiches validées-
Sauter vers: