Morage




 
Vie du forum


Event en cours

Rumeurs
• La neige qui tombe, doucereuse et froide, couvre les traces des monstres qui au creux de la nuit se cachent. Des disparitions sont signalées, en nombre suffisant pour que la population en entende parler et que l’inquiétude plante ses insidieuses griffes dans le cœur des habitants. Des cadavres sont retrouvés à l’aube, vidés de leur sang, malgré la vigilance de la milice des Veilleurs. Les vieilles légendes vampiriques auraient-elles décidé subitement de se rappeler aux vivants ? En savoir plus ?
• Il paraît que la célèbre et bien connue mercenaire aux cheveux d'albâtre Erha Damfays souffre d'un inconvénient conséquent. En effet, des bruits courent concernant les passagers clandestins qu'Erha transporterait avec elle. Des morpions !
• Les Veilleurs ont rapporté avoir été témoins d'une activité suspecte le long des côtes Moragiennes. Des débris d'un navire porté disparu ont refait surface, et la sombre silhouette d'un grand vaisseau sans pavillon a été aperçue à plusieurs reprises ! Prudence matelots !

Partagez | 
 

 Claydon , cauchemar nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Voir le profil de l'utilisateur

Claydon
Messages : 12
Points : 3665
Race : Humain
avatar

Claydon

Dans les recoins les plus sombres de l'esprit humain, une maladie nommée PEUR festoie de ceux qui ne peuvent se défaire de son emprise.



Fiche d'identité
• Âge : 33 ans
• Race : Humain
• Sexe : Mâle
• Orientation sexuelle : Hétérosexuel
• Groupe (Indépendant, esclaves, plèbe, noblesse, milice) : Plèbe
• Profession : Le matin, un charmant et courtois docteur. La nuit, un odieux tueur aux macabres passions.
• Statut (veuf, célibataire, marié, etc) : Célibataire.
• Maîtrise de la magie : Connaissances précises dans certains domaines de l'alchimie ( notamment la création de pièges )
• Maîtrise du combat : Bonne.
• Armes de prédilection :
Spoiler:
 
• Lieu de vie (la cité de Morage, ou les environs) : Morage, au quartier nord.


Caractère
Claydon est un homme d'une politesse admirable, doté d'un tact et d'un charisme qui lui vaut la sympathie de tous. Bon vivant et cuisinier hors-pair, c'est un médecin qui rassure toujours ses patients et veille à leur bien-être avec une affectueuse attention. Outre cela, c'est quelqu'un ayant un goût immodéré pour l'art et la lecture, ses deux plus grandes passions. Très cultivé, il possède un intellect remarquable et un esprit d'analyse aussi aiguisé que son appétit. Gourmand, il a un penchant mignon pour la nourriture de toutes sorte.

Passant à présent à son côté sombre, celui du tueur en série et maître de l'horreur.

L'homme est diaboliquement rusé, un génie du mal qui met à profit son intelligence et ses connaissances dans ses atrocités innombrables. C'est un monstre, un être au cœur noir, impitoyable et animé par une volonté diabolique. Qu'on ne s'y trompe pas, sa cruauté n'est pas un caprice, mais est né de sa conception de l'art. Il ne tuera pas par instinct, mais comme pour une glorieuse représentation théâtrale, et veillera à ce que la mort soit un spectacle glorieux et époustouflant ... à ses yeux. Le maniaque n'est pas contre la torture, et peut se laisser tomber des fois vers ce loisir atroce. Pire encore, il aurait quelques rares penchants cannibales, emportant quelques organes de ses victimes pour les préparer dans des mets succulents. Comble du désastre, il voue une fascination pour le Chaos, mais en étant le seul et unique instigateur.


Physionomie

Un homme de haute stature, 1 mètre 79 , plutôt bien bâtit sans pour autant avoir la carrure d'un athlète. Son visage n'a rien d'extraordinaire, des yeux en mande marrons, une chevelure brune et une moustache ciselée à la perfection.

Son expression est toujours amicale et souriante, presque paternelle, et sa voix est douce et mielleuse, apaisante.

Il s'habit généralement d'habits ordinaires comme la population urbaine commune, mettant parfois son tablier de médecin qu'il prend soin de nettoyer du sang séché après chaque intervention. Il porte souvent un sac en cuir contenant ses outils de chirurgie et autres.

La nuit, il se met en habit de bourreau sanglant. Un manteau noir avec des habits de cuir de la même couleur, sa canne fétiche et une cape cachant sa serpe. Le masque symbolique, celui d'un corbeau aux yeux de verre, effrayant, inquiétant, donnant un timbre malsain à sa voix, comme si la mort susurrait derrière ce masque. Un chapeau de cuir à larges bords trônait sur sa tête, complétant cette vision élégante et effrayante à la fois.

Histoire

On ne parle pas assez des quartiers pauvres et délabrés des bas-fonds, lèpre rongeant la cité de Morage jusqu’à la moelle, lieu personnifiant misère et décadence. Des murs crasseux et humides, un sol boueux où les ivrognes gisent en compagnie de la vermine pullulante et de pâles copies de maisons tenant debout par quelques miracles. C’est dans ce milieu malsain et propice aux maladies les plus abominables et aux crimes les plus abjectes qu’est né le petit Claydon, jeune garçon livré à ce monde de brutes et d’injustice, lumière d’innocence déjà contrainte à survivre parmi les brigands et les coupe-jarrets.

La mère, oh douce mère, était faible mais brave, veillant sur son petit avec l’intention maternelle si chaleureuse. Le père, quant à lui, était un désespéré pessimiste vivant des maigres ressources d’une pêche infructueuse. Chaque jour était une lutte, chaque bouchée était un bien précieux, chaque souffle d’air frais était à la fois une libération et un souvenir douloureux, celui qu’on allait encore vivre dans la misère la plus détestable.

Hélas, le destin s’acharna sur la famille. Par les manigances de quelques mauvais dieux ou caprice cruel de la nature, la maladie frappa le quartier.  On ignorait son origine, ses symptômes, comment la guérir. Tout ce qu’on savait, c’est qu’elle était annonciatrice d’une mort lente et épouvantable. Ce mal ne frappa que les quartiers sordides de la cité, le reste restant épargné pour sa relative propreté. De ce fait, on ignora les quelques rares rumeurs de la maladie qui sévissait.

Le père périt en premier, étouffé dans sa chambre par ses toussotements virulents. La mère suivit ensuite, un docteur à son chevet. Claydon n’oublia jamais l’étrange masque que portaient ceux qu’on surnommait les docteurs de la mort. On aurait dit un bec de corbeau avec des visières opaques.

Orphelin, son destin semblait scellé. Cependant, le docteur prit pitié du jeune garçon et le prit sous son aile en tant qu’apprenti. L’apprenti se révéla être un élève talentueux et fasciné par le domaine de la médecine à Morage. Le disciple dévorait les livres, passait son temps aux études et apportait un soin presque effrayant aux potions, herbes et elixirs du maître. Touche inquiétante, le garçon semblait ne pas éprouvé de frissons de peur quand le docteur et lui découvraient quelques patients qui avaient succombés à d’horribles maux. Un regard vide d’émotion, voilà tout ce qu’on pouvait lire sur son visage.

En grandissant, Claydon prit son indépendance et devint officiellement docteur, s’installant au quartier nord et démarrant sa carrière. Il gagna vite une petite réputation d’un vrai gentleman, fort poli et un docteur talentueux à l’esprit vif et cultivé.

Mais l’homme avait adopté, au fil des ans, des passions malsaines. Une fascination pour la mort, la cruauté, le meurtre et l’anarchie. Sa vie passée l’avait marquée à jamais, l’avait mutilé. La fascination se changea en pratique lorsque, descendant vers les bas-fonds, il commit son premier crime. Abjecte, brutal, primitif. On parla d’une prostituée éventrée, mutilée, poignardée avec une frénésie inquiétante. C’était chose courante, et on oublia bien vite ce « fait-divers ». Mais le meurtre unique ne lui suffisait pas. Il devait le perfectionner, le transcender en art.

Oui, l’art avait besoin de cruauté, tout comme la cruauté était un art. Il devait marquer les esprits, gagner une réputation telle que les citoyens trembleraient la nuit à l’idée qu’il pouvait roder en quête de quelques sinistres desseins. Et quoi de mieux que personnifier la mort ? Pour cela, il alla se procurer un masque en tout point similaire à celui de son mentor, masque qu’il améliora pour lui donner un côté plus effrayant.

Les mois passaient, et il s’adonnait au perfectionnement de ses futurs forfaits. Son or servait à se procurer du matériel pour ses crimes. Armes, habits, livres, tout était bon pour qu’il devienne un avatar de l’épouvante. Il passait des nuits entières dans la bibliothèque, améliorant ses connaissances. Il invitait des sages, des mages, des guerriers et des spécialistes pour s’abreuver de leur savoir et en faire sien. S’entraîner à combattre, à tuer, à causer la panique … tout y passait. Plus que tout, c’était l’esprit humain qui le fascinait, et il plongeait dans l’étude de la psychologie dans le but de complètement exploiter l’esprit.

Le moment vint alors enfin, celui de libérer ses instincts artistiques macabres et montrer au monde toute l’étendue de la cruauté humaine. Il avait perdu espoir en l’humanité, en tout, et voir la ville plonger dans les ténèbres dans une théâtrale pièce était un rêve qui le hantait.

Les crimes alors débutèrent. Jamais réguliers, mais juste assez pour qu’on commence à lier les cas entre eux. Tous abominables, sanglants, dignes de monstres d’épouvante. La Milice s’était juré de capturer ce nouvel assassin. Débuta alors le jeu de traque entre eux. Il laissait des corps mutilés dans une parodie artistique que seul lui trouvait d’une perfection époustouflante. Parfois, il laissait des lettres écrites avec soin, alimentant de plus en plus sa réputation. Certains parlaient d’un homme masqué comme un oiseau d’horreur, armé d’une serre éclatante comme la lune et d’une canne étrange. Il était corbeau et rapace, oiseau de proie et nécrophage.

Jusqu’où l’art et la folie continueraient-ils à se tracer une allée sanglante à Morage avant que cette dernière ne tombe dans la panique ?


Entre vous et nous


• Pseudo : Sultan  fgjku  ( Magrou pour les intimes )
• Âge : 19 ans
• Comment avez-vous découvert le forum ? : Liantë !
• Quelque chose à ajouter ? : Le Saint Kebab vient sauver vos âmes !


Voir le profil de l'utilisateur http://morage.forumactif.org

Murmure
Messages : 287
Points : 6126
Race : Archiliche
avatar
Hello et bienvenue ! :D J'imagine que la fiche est terminée ? :o (je la déplace dans les validées, libre à toi d'y apporter des modifications par la suite si tu en as l'envie/le besoin :) ). En tout cas, gracieux personnage que voilà. :')


Validation
La cité de Morage t'ouvre officiellement ses portes. Tu peux dès à présent choisir une habitation et trouver un partenaire de jeu ou bien encore ouvrir les chroniques de ton personnage. N'hésite pas à me mp si tu souhaites un rang personnalisé pour ton personnage. Bon jeu parmi nous ! ♥




Il est parfois difficile de distinguer l'homme de la légende qui l'entoure.

Voir le profil de l'utilisateur

Claydon
Messages : 12
Points : 3665
Race : Humain
avatar
Merci pour la validation ^^

Effectivement elle est terminée :)


Contenu sponsorisé

 
Claydon , cauchemar nocturne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» [TUTO] Peindre un cauchemar ailé par Asmo.
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Morage ::  :: Validation :: Fiches validées-
Sauter vers: